Les crimes de la colonisation capitaliste

Les crimes de la colonisation capitaliste

« C’est la sixième fois que nous interpellons sur cette question ; mais elle se présente aujourd’hui dans des conditions où elle ne se présentait pas naguère. Quand nous parlions, jadis, vous pouviez ne pas nous croire, vous pouviez suspecter nos intentions, vous aviez le droit d’ignorer ce qui n’était pas révélé par des documents officiels. Mais aujourd’hui vous savez, vous devez savoir, vous ne pouvez plus ignorer, vous ne pouvez rester sourds aux plaintes et aux protestations qui s’élèvent de toutes parts.

Et je m’adresse à vous, catholiques. Je vous demande d’oublier vos attaches gouvernementales et de songer avant tout à ce que vous dicte votre conscience. En présence de pareils faits qui sont dénoncés par tous les ministres du christianisme, protestants ou catholiques, tous n’avez pas le droit de rester impassibles, de vous laver les mains du sang versé ; car, si vous le faisiez, si vous refusiez la justice aux indigènes, si vous, ne leur donniez pas le pain de vie qu’ils réclament, on pourrait vous appliquer le mot d’un des pères de votre Église :

« Ton frère te demandait aide et protection ; tu es resté sourd à son appel ; tu ne l’as pas secouru ; donc, tu l’as tué ! »

Texte de l’interpellation du député Vandervelde au Gouvernement Belge en 1905.


L’édition au format epub de ce texte du domaine public a été réalisée par les éditions opoto à partir de l’exemplaire consultable en ligne sur Wikisource.

Image de couverture (détail) : Couverture de Le petit journal (supplément illustré), S. n., 29 mai 1899

ISBN : 978-2-919752-94-2

 


Téléchargement (gratuit, sans pub ni DRM)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *