À coups de fouet !

À coups de fouet !

« Un grand débat est actuellement ouvert devant l’opinion publique : la question du sort des Employés de chemins de fer.

On commence à s’apercevoir depuis quelque temps, que si la République de 1848 a aboli la Traite des Noirs dans notre pays, la Traite des Blancs y fleurit au grand jour, dans toute sa laideur ; que les marchands de chair humaine, sortes de négriers de la voie ferrée, ont transformé les Compagnies en véritables marchés d’esclaves, situation que l’un des plus hauts personnages de l’une d’entre elles avouait avec plus de naïveté encore que de cynisme, en disant textuellement, qu’il y a des cas où les ouvriers sont « gens à mener à coups de fouet. »

[…]

« On aurait pu croire, et nous avons nous-même espéré un moment, qu’en arrivant devant les Chambres, la question des chemins de fer trouverait une solution, et que la situation des ouvriers ferait un pas en avant. Nous avions encore l’esprit plein des déclarations du ministre Raynal, au jour du banquet offert au mécanicien Grisel, et nous ne pouvions supposer, si habitué que nous soyons aux défections opportunistes, un aussi incroyable revirement.

Notre illusion a pris fin, quand appelé avec les délégués des ouvriers des Compagnies, devant la Commission sénatoriale de la loi des employés de chemins de fer, nous avons trouvé là, sous la présidence de l’honorable M. Robert de Massy, un cénacle hostile et malveillant, qui nous reçut en se déclarant édifié sur les représentations que nous venions lui faire, et qui à deux reprises, ne nous accorda que des audiences de quelques minutes, se disant pressé par l’heure de la séance. La première fois, c’était une de ces séances fameuses où les Quinze-Vingts de la politique avaient à ratifier la conversion, une de ces nombreuses balançoires avec laquelle les opportunistes aux abois ont cherché à se procurer de l’argent, pour soutenir au loin ces guerres funestes où l’honneur du drapeau est compromis pour soutenir les spéculations d’agents d’affaires véreux. »


L’édition au format epub de ce texte du domaine public a été réalisée par les éditions opoto à partir de La traite des blancs au XIXe siècle : situation des employés de chemin de fer en 1883 imprimé par A. Derenne, en 1883, disponible dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF ; ainsi que les exemplaires de La Justice et de L’Intensigeant.

Image de couverture (détail) : Pixabay

ISBN : 978-2-37952-009-9

Éditions Opoto, Août 2018

Domaine public / CC0

Pas de copyright

Le photocopiage et le piratage tuent l’industrie du livre ; le plus tôt sera le mieux.


Téléchargement (gratuit, sans pub ni DRM)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *